Envoyez toutes vos informations (ou vos demandes d'informations)

postmaster[arobase]josephdelteil.net

(remplacez [arobase] par @)

   
  Delteil (Joseph),1894-1978, une figure originale et anticonformiste de la littérature française  
   
Le site Delteil est géré dans un esprit associatif de partage des informations et dispose de moyens et de temps très limités. Il met en ligne bien volontiers les annonces des événements, des publications, des spectacles autour de Delteil. Merci en retour de parler du site, de le faire connaître et de le citer. L'échange de liens (et de bonne volonté) demeure la meilleure façon de promouvoir l'écrivain que nous aimons, tout en restant fidèles à l'esprit pionnier de l'Internet.

Pour toute question concernant l'autorisation et les droits de reproduction de textes de Delteil , veuillez contacter:
M.Bertrand Lacombe : bertrand.lacombe@apave.com (0616774142). Pour toute question concernant le site et ses ressources, merci de s'adresser au webmaster : postmaster[arobase]josephdelteil.net

 

LES PUBLICATIONS SUR DELTEIL LES EXPOSITIONS DELTEIL
LES OUVRAGES DE DELTEIL LES SPECTACLES (théâtre, lectures, divers)
MUSIQUES, DISQUES

LA GRANDE DELTHEILLERIE

LES FESTIVALS ET MANIFESTATIONS L'ASPEC (patrimoine et culture du canton de Lagrasse)
LES EXTRAITS (LIVRES, SONS, IMAGES ET FILMS)

LE SENTIER EN POESIE

+ ASSOCIATION VILL’ARTS EN VAL

Mise à jour décembre 2020

VIVE DELTEIL

Difficile d'expliquer pourquoi Delteil est tombé depuis les années 1980 dans un relatif oubli, en dépit des adaptations théâtrales toujours très réussies de Jeanne d'Arc ou de Saint-François d'Assise. Est-il prisonnier de ses racines occitanes (les régionalistes le revendiquent comme auteur occitan, une langue qu'il connaît certes très bien, mais qui n'est pas sa langue d'écriture) ? Est-il toujours victime des condamnations inquisitoriales d'André Breton dans les années 1920 ou a t-il quitté la capitale trop tôt, au début des années 1930 ? On ne peut que constater l'écart qui s'accroit entre les "oubliés" et les "promus"de la littérature contemporaine. Delteil et quelques autres ne bénéficient que de rares espaces de diffusion, y compris vers un public plus large. Cela étant, un petit noyau de delteilliens entretient la flamme à travers des associations, des festivals, des manifestations, où vin, nourriture, chanson et poésie font bon ménage. Une vision paléolithique du monde qui convient très bien à Delteil mais qui ne le tire pas pour autant de son (relatif) purgatoire - toutefois n'est-ce pas plus méritant au fond qu'un glacial Panthéon ?

Le webmaster

 

M. Mathieu Gimenez soutiendra sa thèse intitulée "Joseph Delteil, le vivant à l'œuvre. Vers une écopoétique chrétienne", le jeudi 16 décembre 2021 à partir de 14h30, à l'Université de Picardie Jules Verne ( site de la Citadelle).

Le jury sera composé de :
Mme Chamayou, PR., Université Perpignan Via Domitia
M. Héron, PR., Université Paul-Valéry Montpellier 3
Mme Lemonnier-Delpy, PR., Université de Picardie – Jules Verne (directrice de la thèse)
M. Leroy, PR. émérite, Université Paris Nanterre
Mme Millet Gérard, PR. émérite, Sorbonne Université

 

Dans les multiples articles relatifs à la Panthéonisation de Josephine Baker, il est bien sûr question de la "Revue Nègre", mais pratiquement jamais du rôle joué par Caroline Dudley Reagan. Ce spectacle de music-hall très célèbre fut lancé au Théâtre des Champs-Elysées en 1925, par l'intermédiaire de cette américaine proche des peintres et des artistes (Fernand Léger) et dont le mari Daniel était directeur de la Revue.

Caroline a découvert Josephine à New-York dans un club de jazz et elle réussit alors à la convaincre de venir à Paris pour 250 dollars par semaine. La "Revue Nègre" suscita de vives polémiques en 1925, mais elle fut reçue aussi comme une révélation du génie esthétique de la "race noire" (dans les élites, ainsi surréalistes, qui découvraient en même temps le jazz) et de son influence, délétère ou revigorante selon les opinions, sur la culture française. Tout comme les jazzmen afro-américains, Baker a toujours considéré la France, et notamment Paris, comme une terre d'accueil sinon d'adoption, bien éloignée du racisme ségrégationniste alors en vigueur aux USA.

En janvier 1930, Caroline rencontrait à Paris l'écrivain Joseph (le masculin de Josephine?) Delteil et... ils ne se quitteront plus, celle-ci accompagnant l'écrivain dans sa "retraite" occitane de la Tuilerie de Massane (Grabels, près de Montpellier).

Caroline et Joseph photo fonds Villac : http://josephdelteil.net/villac01.htm

 

 

Des textes à lire (et découvrir?), des revues, des manifestations en 2018/2019

cliquez sur l'image ci-dessus

************************************************************************************************

 

ARCHIVES 2009-2018

 




HOMMAGES


ESPACE ASSOCIATIF

« La Deltheillerie est le domaine imaginaire de ma création, comme la Tuilerie de Massane est un domaine réel où je vis... Ah ! La Tuilerie, je n'y suis pas né mais je considère que c'est ma maison sur la terre. C'est celle où j'ai le plus souvent habité, celle où j'ai fait ma coquille, comme un escargot... »

 

 

Mise à jour No 89-1 (2020)